Mot du maire

Edito du hors série 2020 :

DSC00126Chers Martinoyens,

Engagé depuis 1989 au service de la commune, j’ai côtoyé Mme GREFFARD pendant 6 ans et M. FORNEY pendant 13 ans dont 7 comme adjoint. La population est passée de 1 940 à environ 2 500 habitants, ce qui démontre le dynamisme et l’attractivité présente à St Martin. La proximité de l’autoroute et de la Roche-sur-Yon a permis le développement économique de nos entreprises et ainsi à nos jeunes de rester sur la commune. Le remembrement a largement contribué à l’épanouissement de nos exploitations agricoles. Face à cela, la commune s’est toujours adaptée et a su créer les infrastructures répondant à une population grandissante. Je me suis efforcé toutes ces années d’être à l’écoute des Martinoyens, de défendre l’intérêt général et de répondre aux mieux aux sollicitations dans la mesure où les finances le permettaient.

Pendant les deux mandats de Maire, de nombreux projets ont pu ainsi voir le jour et aboutir dans ce sens.

Pour répondre aux besoins de la petite enfance et de la jeunesse, l’école Anselme Roy et le restaurant scolaire ont été agrandis afin d’accueillir les enfants dans de bonnes conditions. Des jeux et l’espace multisports et skate parc ont été installés près des lotissements et au complexe sportif pour divertir nos jeunes. De plus un Conseil Municipal Enfant a été créé.

Pour la sécurité des piétons et des véhicules de nombreux aménagements ont vu le jour : rues en sens unique, pistes cyclables, liaisons piétonnes le long de la départementale 52, patte d’oie à l’intersection des rues de l’Aubépine et de la Prée, l’accessibilité handicapés pour nos trottoirs et bâtiments…

L’aménagement de la salle du Cottage offre à la population et aux associations un lieu convivial et complémentaire à la salle des Noyers.

La culture n’a pas été oubliée avec l’aménagement de la bibliothèque dans la salle Carteau.

Un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) a été mis en place pour répondre à une éventuelle catastrophe naturelle ainsi qu’une équipe de « voisins vigilants » en lien avec la gendarmerie et la mairie.

En ce qui concerne les créations et aménagements d’infrastructures, la commune a dû acquérir de nombreux terrains et bâtiments : agrandissement de la station d’épuration, lotissements, une partie de l’ancien EHPAD, l’ancien cabinet dentaire, des garages et terrains pour agrémenter la Coulée Verte, des réserves foncières permettant la compensation lors de projets d’urbanisation, l’acquisition des bâtiments Boisseleau… Par ailleurs, elle a vendu des biens qui ont profité aux associations, entreprises et particuliers (l’ancienne mairie à l’OGEC, des ateliers à Blanchabri, la Poste à un particulier et une partie de l’ancien EHPAD à un promoteur).

Bien sûr, j’aurais aimé participer de près ou de loin à la concrétisation des projets en cours et auxquels j’ai largement contribué pour certains :

  • l’aménagement des terrains jouxtant le cimetière,
  • l’aménagement et la réhabilitation énergétique de la mairie,
  • la deuxième tranche du lotissement le Fromenteau : 37 lots en 2020 et des projets d’extension dans les années à venir,
  • la nouvelle caserne des pompiers,
  • la création d’un SAS à l’entrée de la salle des Noyers,
  • le projet de l’atelier technique et des salles pour les associations
  • l’accès et les mises aux normes des logements du Foyer Soleil…

Avec l’équipe actuelle, nous pouvons être également fiers de mettre en place des projets qui permettront au prochain conseil de s’installer sereinement. La nouvelle équipe pourra également utiliser les deux plans importants pour l’avenir et qui seront finalisés début 2020 : le PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal) et le PCAET (Plan Climat Air Energie Territoire).

Permettez-moi quand même de revenir sur les affaires extra-communautaires qui ont perturbé notre dernier mandat et un peu le précédent. L’échec du transfert massif de compétences à la Communauté de Communes du Pays des Essarts n’a pas motivé notre adhésion à la commune nouvelle ; que de temps passé, d’énergie et de budget dépensés pendant 5 ans. La loi NOTRE a ensuite contribué à l’éclatement de la Communauté de Communes dans un climat difficile. Ce n’est malheureusement pas sans laisser de traces et j’en suis le premier déçu.

Sur la sollicitation de la Communauté de Communes du Pays de Chantonnay, avec Sainte Cécile nous avons rejoint leur territoire qui nous apporte stabilité et solidarité entre les communes.

Mon grand regret, est de n’avoir vu la Résidence Sainte Agathe rejoindre le Pays de Chantonnay. Espérons que les discussions reprennent bientôt et que des élus puissent enfin participer à la vie de l’EHPAD situé sur la commune et remettre ainsi les choses dans leur contexte réglementaire, c’est-à-dire la gestion à l’échelle intercommunale par le CIAS du Pays de Chantonnay et non par un CCAS (Centre Communal d’Action Sociale).

Vous voyez qu’être maire, c’est surtout savoir prendre des décisions et choisir des directions pas forcément populaires sur l’instant mais souvent bénéfiques sur le long terme.

Être maire c’est risquer de perdre des amis, c’est surtout privilégier la vie communale à sa propre vie privée, à ses vacances et parfois à sa famille.

J’ai toujours été durant ces 12 années à votre disposition, 365 jours sur 365, jour et nuit pour apporter de bonnes, mais parfois de mauvaises nouvelles.

Être maire, c’est accepter d’être un confident, un conseiller pour tout citoyen, du plus démuni au plus aisé et de s’adapter à chaque situation. C’est un réel engagement.

Vous aurez donc compris que je ne briguerai pas de 3ème mandat de maire.

Je tiens à remercier et saluer tous les élus et les conseillers municipaux, le personnel, les membres d’associations, les entrepreneurs que j’ai côtoyés durant mes mandats de même que tous les Martinoyens et mes collègues et amis des deux Communautés de Communes que j’ai servies. Je remercie les entreprises qui participent au financement de ce bulletin.

Très bonne année 2020 à tous.